Avis d’aptitude avec restrictions : comment faire face ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avis d’aptitude avec restrictions : comment faire face ?

Message  gdbabou le Jeu 5 Mai - 8:18

Vous êtes parfois confronté à des avis d’aptitude avec des restrictions du médecin du travail qui, en pratique, sont difficiles voire impossibles à appliquer. Après avoir analysé les conséquences d’un tel avis médical, nous étudierons les outils de contestation.
Avis d’aptitude avec restrictions : quelles conséquences ?

A l’issue des périodes de suspension de son contrat de travail, le salarié retrouve son poste ou un emploi similaire en tenant compte des préconisations du médecin du travail.

Sachant que lorsque le médecin du travail estime que le salarié est apte sous certaines réserves, la Cour de cassation est venue préciser que vous deviez proposer à votre salarié en premier lieu son ancien poste lorsque vous êtes en mesure de respecter les aménagements proposés (Cass. soc., 18 septembre 2013, n° 12-18464).

Jusqu’en 2009, la Cour de cassation semblait permettre à l’employeur de pouvoir interpréter l’avis d’aptitude avec restrictions et ainsi le requalifier en avis d’inaptitude s’il était en mesure de justifier des motifs l’empêchant de donner suite à ces restrictions (Cass. soc., 4 juin 2009, n° 08-40071).

Elle a ensuite affirmé que l'avis du médecin du travail sur l'aptitude du salarié à occuper un poste de travail s'impose aux parties et qu'il n'appartient pas aux juges du fond de substituer leur appréciation à celle du médecin du travail. En cas de difficulté ou de désaccord sur la portée de l'avis d'aptitude délivré par le médecin du travail, le salarié ou l'employeur peuvent exercer le recours prévu par l'article L. 4624-1 du Code du travail (Cass. soc., 10 novembre 2009, n° 08-42674).

Cette solution de la Cour de cassation tranche de manière ferme la position à adopter face à un avis d’aptitude avec restrictions puisqu’elle ne tolère plus aucune interprétation de l’employeur qui doit appliquer ou contester. Par ailleurs, la sanction est lourde puisque si le licenciement est prononcé au regard d’un avis d’aptitude avec restrictions, le salarié pourra se prévaloir d'une discrimination, au motif que son licenciement est lié à son état de santé (Cass. soc., 25 janvier 2011 n° 09-72834).


La sanction d’un licenciement discriminatoire est la nullité. Le salarié a ainsi la possibilité de solliciter sa réintégration. L’entreprise est alors tenue de réintégrer un salarié pour lequel elle va devoir de nouveau réfléchir à la mise en pratique des restrictions, mais également de rémunérer le salarié depuis son licenciement jusqu’à la réintégration.

Dans l’hypothèse où vous rencontrez des difficultés pour appliquer ces restrictions, vous devez donc faire modifier l’avis médical.

Avis d’aptitude avec restrictions : comment contester ?

Face à un avis d’aptitude avec restrictions difficilement applicable, vous avez la possibilité de saisir l’inspection du travail qui pourra annuler cet avis après avoir consulté le médecin inspecteur du travail (Code du travail, art. L 4624-1).

En pratique, vous aurez toutefois davantage intérêt à échanger avec votre médecin du travail sur les difficultés que vous rencontrez, pour essayer de le faire changer de position.
En pratique, vous aurez toutefois davantage intérêt à échanger avec votre médecin du travail sur les difficultés que vous rencontrez, pour essayer de le faire changer de position.



Pour faciliter cet échange, nous vous suggérons d’inviter le médecin du travail dans votre entreprise afin qu’il étudie le poste, en observant par exemple un autre salarié affecté sur le même poste. Le médecin pourra ainsi mieux réaliser les difficultés rencontrées et faire d’autres propositions d’aménagement ou revoir sa position.

D’ailleurs, la Cour de cassation a confirmé la possibilité pour le médecin de revoir son avis sans conséquence pour la procédure d’inaptitude. Le cas d’espèce était celui d’un salarié déclaré apte à la reprise du travail avec précaution de manutention puis, 3 jours après, déclaré inapte, inaptitude confirmée lors d’une seconde visite (Cass. soc., 21 septembre 2011, n° 10-14768).
Cour de cassation, chambre sociale, 18 septembre 2013, n° 12-18464 (lorsqu’un salarié est déclaré apte avec réserves, l’employeur doit lui proposer en premier lieu un poste conforme à son poste initial)

gdbabou
Admin

Messages : 2762
Date d'inscription : 06/09/2012
Age : 51
Localisation : saubusse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum