Brexit : « un jour sombre pour l’Europe et pour la Grande-Bretagne », selon la CES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Brexit : « un jour sombre pour l’Europe et pour la Grande-Bretagne », selon la CES

Message  gdbabou le Mar 28 Juin - 9:53

Les Britanniques ont tranché en faveur du « Leave », c’est-à-dire, quitter l’Union européenne lors du référendum du 23 juin. Cette disposition de sortie d’un État membre est possible depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, dans son article 50. C’est à réception d’une lettre du Premier ministre britannique que le Conseil statuera sur le départ du Royaume-Uni en proposant une négociation qui peut s’étaler sur deux ans.

Comme le souligne la Confédération européenne des syndicats, « c’est un jour sombre pour l’Europe et la Grande-Bretagne ».

Le départ du Royaume-Uni est une première car aucun pays n’est parti de l’UE jusqu’à maintenant, même si des projets d’adhésion ont échoué (Norvège) ou des régions ont quitté l’UE lors de leur indépendance (Groenland, par exemple). En effet, l’article 50 permet à un pays de faire cette demande mais aucune procédure explicite n’est établie.

Les conséquences seront importantes au-delà des répercussions immédiates sur les marchés financiers.

Au Royaume-Uni, le droit découlant de l’Union européenne pourra être remis en question. Celui-ci concerne :

l’ensemble des réglementations techniques de normalisation des produits (l’étiquette CE sur nos produits), qui nous permettent d’avoir confiance dans les produits disponibles sur le marché commun (réglementation technique, de sécurité, d’utilisation, de garantie, appellations européennes d’origine…) ;
un certain nombre de droits sociaux apportés par le droit social européen notamment le plafond de 48h hebdomadaire de travail, le droit aux congés payés, ou encore l’égalité de traitement entre salariés à temps partiel et à temps plein, le congé maternité décidé par accord entre partenaires sociaux européens, dans un pays qui peine en général à mettre en œuvre des innovations sociales positives ;
les aides européennes notamment au développement économique et social dans les régions en difficulté, qui ne seront plus possibles ;
les accords commerciaux internationaux et notamment la protection européenne contre l’importation de produits faisant preuve de dumping social ou environnemental ;
la citoyenneté européenne permettant de se faire aider par n’importe quelle représentation d’un État membre de l’UE dans un pays hors UE (le passeport britannique ne comportera plus la mention Union européenne).
Comme le soulignent les syndicats britanniques du TUC, « les salariés ne doivent pas payer le prix du départ de l’UE ». L’enjeu du respect du droit social apporté par l’UE aux salariés britanniques devra être posé dès la sortie de l’UE.

Pour les pays de l’UE à 27, une période nouvelle s’ouvre également, car le départ d’un grand pays comme le Royaume-Uni modifiera l’équilibre entre grands pays et interrogera sur l’avenir de la construction européenne, alors que les peuples hésitent entre un saut fédéraliste ou un repli nationaliste.

gdbabou
Admin

Messages : 2939
Date d'inscription : 06/09/2012
Age : 52
Localisation : saubusse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum