Cancer et transitions professionnelles : une situation difficile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cancer et transitions professionnelles : une situation difficile

Message  gdbabou le Dim 12 Mar - 11:01

Comment continuer ou reprendre une activité professionnelle après un cancer ? La maladie entraine-t-elle une plus grande précarité ? Y a-t-il une sortie anticipée de l’activité des survivants du cancer ? Le Centre d’Études pour l’Emploi et le Travail (CEET) et la CNAM ont uni leurs forces pour mener à bien une enquête inédite sur près de 300 000 personnes. Le résultat montre que la population touchée par un cancer rencontre de grandes difficultés pour rester dans, comme pour retrouver un emploi, en particulier l’emploi permanent. Cet effet est plus marqué pour les hommes que pour les femmes. L’étude préconise enfin une alliance plus étroite entre les politiques de santé et les politiques d’emploi.

Une étude menée grâce à la base Hygie de la CNAM

Elle a permis de comparer les expériences de mobilité sur plusieurs années pour deux populations :

3 168 individus atteints d’un cancer entre 2006 et 2009 ;
282 035 salariés du secteur privé sélectionnés dans la population générale, sans maladie chronique.
La base a donné accès à des informations clés pour étudier les transitions sur le marché du travail, en prenant en compte notamment le parcours professionnel depuis le début de la carrière. Quatre situations professionnelles, en se basant sur des matrices de transition annuelle, ont été identifiées entre l’emploi permanent, l’emploi non permanent, le chômage et l’inactivité. Et puis, les données précises sur l’état de santé passé des individus sélectionnés dans l’échantillon ont été exploitées. Elles permettent d’analyser l’ampleur des consommations de soins de support impliqués après la maladie (reflétant les séquelles immédiates des traitements, qu’elles soient physiques ou psychologiques).

Les conséquences de 2 types de cancers ont été examinées, un pour les femmes, l’autre pour les hommes

En annexe, vous trouverez les chiffres du cancer en 2015. L’étude du CEET a permis de mener deux analyses. La première traite des effets du cancer du sein et la deuxième des effets du cancer de la prostate, ces deux cancers étant les plus fréquents pour chacun des deux sexes. Selon les chiffres de l’INCa (Institut national du cancer), en France, avec 48 763 nouveaux cas en 2012, le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent chez les femmes. L’âge médian au diagnostic pour le cancer du sein est de 63 ans.
L’analyse porte aussi sur un cancer particulier chez les hommes, à savoir le cancer de la prostate. Selon les chiffres de l’INCa, avec 56 841 nouveaux cas en 2012, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme (28 % des cancers). L’incidence du cancer de la prostate est en très forte augmentation, par effet combiné du vieillissement de la population et de l’amélioration des moyens du diagnostic. Ce type de cancer survient dans 69 % des cas après 65 ans avec un âge médian au diagnostic estimé en 2009 à moins de 70 ans.

Des conséquences difficiles

Les résultats montrent que la population touchée par un cancer rencontre de grandes difficultés pour rester dans, comme pour retrouver l’emploi, en particulier l’emploi permanent. Cet effet est plus marqué pour les hommes que pour les femmes.
Les femmes atteintes par un cancer du sein ne montrent pas de différences significatives en termes de trajectoires professionnelles par rapport au groupe des femmes touchées par le cancer en général. En revanche, le groupe des salariés atteints d’un cancer de la prostate se caractérise par une transition plus fréquente vers et un maintien plus long dans l’état de chômage, probablement du fait des politiques facilitant la sortie progressive de l’activité des salariés âgés et aussi, vraisemblablement, de l’âge moyen élevé des hommes à l’apparition de ce type de cancer (NDLR).
Parmi les caractéristiques individuelles des malades, leur âge ainsi que, pour les hommes, leur âge d’entrée sur le marché du travail, et le niveau de qualification, sont des éléments protecteurs contre les transitions vers l’inactivité.
Toutefois, les conséquences négatives du cancer sur l’emploi sont atténuées par une bonne santé antérieurement au diagnostic et par la durée de la carrière professionnelle stable dans l’emploi pour les malades masculins. Enfin, une durée longue des arrêts maladie survenus après le diagnostic de cancer favorise les transitions vers le chômage et l’inactivité au détriment de l’emploi.

L’étude propose des principes nouveaux de politiques publiques

La richesse des résultats obtenus permet aux auteurs d’esquisser des principes nouveaux de politiques publiques. Les salariés à la carrière antérieure la moins stable, les plus jeunes, ceux ayant connu des arrêts maladie antérieurs, de même que ceux dont le salaire à l’entrée de la carrière était le plus faible sont plus vulnérables au choc de cancer en termes de carrière.
Les politiques publiques alliant politiques de santé et d’emploi devraient ainsi cibler des modes d’accompagnement professionnel des personnes dont les carrières ont été plus heurtées ou instables, et dont le statut socioprofessionnel s’avère moins protecteur. De plus, une attention aux spécificités du genre et aux séquelles des cancers féminins ou masculins doit être considérée, les séquelles des traitements du cancer du sein pour les femmes étant ainsi différentes de celles du cancer de la prostate pour les hommes.

Bientôt une avancée européenne ?

Enfin, alors que l’UE va fêter son soixantième anniversaire, il convient de souligner un certain nombre d’avancées au Parlement européen. Le 28 février, la Commission des Affaires sociales a voté différents amendements visant à réviser la directive sur la protection des travailleurs contre les agents cancérogènes et mutagènes. Ces votes sont une étape vers l’adoption d’une directive, ils ont été acquis à une très forte majorité (jusqu’à 85% des voix).La session plénière du Parlement devra se prononcer sur ces amendements en avril 2017. Ensuite, il faudra trouver un consensus entre le Parlement et le Conseil des ministres et se méfier du lobbying de certains industriels.

gdbabou
Admin

Messages : 2995
Date d'inscription : 06/09/2012
Age : 52
Localisation : saubusse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum